L’idée que les contes et les histoires contiennent une part d’apprentissage, une part de transmission n’est pas neuve. Depuis Esope en passant par les frères Grimm jusqu’à La Fontaine, et plus près de nous Jacques Salomé, les contes nous donnent des mots à mettre sur nos maux, qu’ils soient sociaux ou individuels.

Écrire des contes, guérir avec les contes – 4

Je ne sais pas si vous avez eu l’occasion de voir le très beau film d’animation de Michel Ocelot « Les contes de la nuit » ?

Les images que je vous propose sont extraites de ce film, et lui appartiennent. Je vous conseille d’aller voir les films d’animation de Michel Ocelot, qui sont toujours d’une grande qualité.

Dans la proposition d’écriture d’aujourd’hui, la délicatesse de ses dessins et la beauté qui s’en émane nous seront utiles.

4e Proposition sur le conte :

Choisir une image pour stimuler l’imaginaire

Tout d’abord, choisir une image, extraite du dessin animé « Les contes de la nuit » de Michel Ocelot.

Dans la forêt

 

La révérence

 

couple_ocelot

 

 

Réception

 

Enfant dans la forêt

Le début d’un conte pour démarrer le chemin d’écriture

Puis, une lecture du début du conte « Vassilissa », extrait de « Femmes qui courent avec les loups », Clarissa Pinkola Estès  :

« Il était une fois et une fois il n’était pas …. Un jour elles en eurent assez de Vassilissa. …»

La proposition d’aujourd’hui est d’écrire le début d’un conte, en partant de l’histoire de Vassilissa :

Comment la belle-mère et les belles-soeurs vont la faire sortir de la maison pour s’en débarrasser ?
Quels objets symboliques va-t-elle utiliser pour s’en sortir ?
Quels obstacles va-t-elle rencontrer ?  Quelles épreuves va-t-elle surmonter et comment ?

La situation initiale est celle du conte hongrois « Vassilissa ».

Votre travail d’écrivain est de lui trouver  un objet symbolique qui l’aide, un symbole de sa lignée (éventuellement de l’intuition ou de la transmission) et un début d’épreuve initiatique.

Penser le développement du conte

Penser que dans les contes, les épreuves initiatiques sont en général au nombre de trois. A chaque épreuve, l’héroïne apprend quelque chose (peut-être quelque chose que vous avez vous même appris). Et ce qu’elle apprend lui sert de même que son objet aidant, ou des personnages aidants sur sa route.

Quelles sont les trois épreuves surmontées par Vassilissa dans votre conte ?
De quelle aide a-t-elle bénéficié ? De quelle façon s’y est-elle prise ?

Imaginer une conclusion qui contient une morale

Lorsque votre personnage a fini ses épreuves, elle peut enfin finir sa quête, arriver quelque part, soit dans sa maison de départ, soit ailleurs. Elle sort changée de ces épreuves, et cette transformation va aussi métamorphoser son entourage si elle revient au même endroit.

La nouvelle situation de stabilité qu’elle va créer sera différente, plus stable,plus sûre que la situation du départ du conte.

A vos crayons !

 

Laisser un commentaire